septembre nous offre de belles journées, j'aime la lumière chaude de cette fin de saison qui donne aux paysages beaucoup de moelleux et de douceur.

au jardin, l'air se charge d'odeur de fruits, le pommier est très fréquenté actuellement par les oiseaux qui viennent becqueter les pommes tombées, les guèpes font entendre leur bourdonnement,  elles disputent à la gent ailée les fruits abimés. J'aime le parfum que dégagent ces fruits, quand je ferme les yeux, je me crois encore enfant en Normandie, dans la petite commune où nous habitions, il y avait une cidrerie, à la fin de l'été et tout l'automne, l'air embaumait la pomme. Je crois que cela m'a irremédiablement fait associer cette saison à ce fruit, hier en nous rendant dans les Vosges, de petits producteurs sur la route en vendaient, un court instant, ce parfum sucré a dominé celui des voitures.

et puis j'aime voir dans les vergers, des familles entières sous les arbres ramassant les fruits, l'autre jour, j'ai vu des grands-parents aux petits enfants, tout un groupe sous les arbres,  un chien était couché dans l'herbe, il y avait des paniers remplis de fruits : des petites pommes rouges qui devaient avoir un petit goût acidulé, il se dégageait de ce tableau une grande sérénité et une forme de bonheur !

j'ai aussi un très joli souvenir, en 99, nous nous sommes rendus au Québec début octobre, nous sommes allés visités l'île d'Orléans non loin de la jolie ville de Québec de notre chère Anne, c'était la pleine saison de la récolte, il y avait partout des ramasseurs dans les vergers, un moment donné nous nous sommes arrêtes pour admirer le joli spectacle qui s'offrait à nous, ces vergers descendantsfamille_dans_le_verger jusqu'au Saint-Laurent, à côté de jolies maisons de bois, cela me faisait tout à fait penser à "Anne et les pignons verts", tout à coup nous avons entendu des cris qui venaient du ciel, c'étaient les oies qui commençaient leur migration, elles partaient par vagues entières,je dois dire que cela a été un moment de pur plaisir, nous étions très émus mon mari et moi de ce spectacle, nous sommes restés un bon moment, ravis, nous n'arrivions plus à partir.

la petite gouache que je vous montre ici, essaie modestement de traduire ces petits moments de bonheur